Avis des entraîneurs pour le Quinté du mardi 22 février 2022

Les interviews des entraîneurs pour le Prix du Chesnay à Vincennes

Antoine Marion : Diego du Canter (1) a bénéficié d’un break avant de revenir au mieux cet hiver. Plus heureux fin janvier, il se serait imposé. Il a pu le faire ensuite à Châteaubriant. Il est vraiment en pleine forme et découvre un bel engagement en tête, sans les étrangers. Il aime pister et venir placer sa pointe de vitesse. Avec un déroulement limpide, il devrait jouer un premier rôle. Il peut trotter un petit 1’13”.

Philippe Daugeard : Erasme Williams (2) a répondu à mon attente en dernier lieu. Ce jour-là, le déroulement de course a été avantageux pour les chevaux de tête, car il y a eu du rythme. Ainsi, les concurrents des vingt-cinq mètres ont eu du mal à revenir. Il est resté bien. Il peut faire quelques petites blagues mais fait assez bien la grande piste de Vincennes. J’en attends un bon comportement.

Jean-Michel Baudouin : Comme chaque hiver, Falco d’Havaroche (3) termine toujours mieux le meeting qu’il ne le commence. Il est splendide actuellement à Grosbois et confirme cette impression en course. Epsom d’Herfraie (10) peut lui rendre la distance en valeur pure. Après, il faut voir le déroulement de course. Il sait faire les sept cents derniers mètres seul. Il a sa place sur le podium.

Franck Leblanc : Dans les Prix des Vosges, Fragonard Délo (4) aurait pu lutter pour la victoire s’il avait eu l’ouverture un peu plus tôt. Il est tributaire du parcours. Il a bien encaissé ses efforts et découvre un bel engagement en tête. Si un concurrent peut faire du rythme, il ne sera que mieux. Il est capable de se glisser à l’arrivée malgré l’opposition aux vingt-cinq mètres.

Adrien Pereira : Comme Flower By Magalou (5) n’était pas bien, je lui ai donné un break. Ici, c’est une rentrée, ferrée, en vue d’une autre course à Amiens. Il faut la revoir.

Jean-Michel Baudouin : Enzo River (6) a couru au monté dernièrement, sans avoir été essayé au préalable à l’entraînement. Ce n’est pas véritablement sa spécialité. Il faut effacer cette course. Précédemment, il gagnait de bonne manière à réclamer. Ici, l’opposition est forte. Il sera mieux début mars à Amiens dans le Grand National du Trot et à main droite. En courant complètement battu, il peut accrocher la cinquième place.

Franck Leblanc : De mes deux élèves, Flamme Vive (7) est la plus compétitive. Elle est légèrement supérieure à son compagnon d’entraînement. Elle a encore répondu présent le 10 février. Elle est toujours aussi bien physiquement. En tête, elle dispose d’une chance régulière. Elle devrait faire l’arrivée comme le 3 février derrière Epsom d’Herfraie (10).

Sylvain Roger : Edy du Pommereux (8) reste sur deux bonnes performances. Lors de la plus récente, il n’est pas bien parti et s’est retrouvé trop loin. Il a ensuite fait une très belle ligne droite, dans un bon lot, derrière deux chevaux qui ont confirmé par la suite. Ici, c’est un bel engagement. Il y a de l’opposition aux vingt-cinq mètres mais, en répétant son dernier chrono, il doit finir dans les cinq premiers.

Björn Goop : Dandy de Godrel (9) a couru correctement au début du mois. Il évolue toujours à un niveau similaire sur un plan physique. Il est très bien placé en tête mais l’opposition est présente. Il lui faudra un bon parcours pour s’exprimer. Si tel est le cas, il peut répéter ce qu’il vient de réaliser mais il faut plutôt le voir pour une petite place.

Jean-Michel Baudouin : Epsom d’Herfraie (10) a renoué facilement avec le succès dans le Prix de Langeais. Il rend à nouveau la distance ici et il ne faut pas négliger l’opposition au premier échelon, mais il est tout a fait capable de confirmer. Il est reparti à la campagne après sa victoire sous la responsabilité de Louis, mon fils, qui l’a trouvé toujours aussi bien. Il peut poursuivre sur sa lancée.

Nicolas Bazire : Dans le Prix de Brest, Freyja du Pont (11) aurait lutté pour la victoire sans un déroulement peu heureux en haut de la montée. Ici, elle n’a pas été revue depuis un mois et doit rendre la distance. Aussi, elle gardera ses fers. Sa tâche sera compliquée. Elle aura un engagement à venir en fin de meeting. Elle sera alors plus compétitive.

Cyril Chenu : La dernière fois, Baron Daidou (12) était un peu loin dans une course pas très rythmée. Je n’ai rien à lui reprocher avec ce déroulement de course pas optimal. L’avant-dernière fois, il avait eu un très mauvais parcours, ne courant pas si mal. Ici, il doit rendre vingt-cinq mètres et je serais satisfait s’il terminait quatrième ou cinquième, avec un bon parcours. Il est mieux avec une allure sélective.

Jean-Luc Bigeon : En dernier lieu, For You Madrik (13) a bien couru. Il n’a pas eu trop ses aises à l’entrée de la ligne droite et aurait fini un peu plus près sans cela. Ici, il a l’inconvénient de rendre vingt-cinq mètres. Il n’a pas trop de marge mais peut prendre un petit lot, à condition d’avoir un déroulement de course favorable.

Sébastien Guarato : On a tenté le coup dans le Prix de Cornulier mais Et Voilà de Muze (14) s’est trompé dans ses allures pour aborder la descente. Précédemment, il était troisième dans le Prix du Forez avec un superbe chrono, derrière deux très bons éléments. Il est toujours dans le même état de forme le matin. Il faut rendre la distance mais il peut viser le podium ici en se faisant ramener.

Franck Blandin : Les dernières prestations de Flore de Janeiro (15) sont bonnes, même si cela ne s’est pas passé au mieux. Elle a le droit d’être dans le quinté, mais il faudra un parcours assez avantageux. Elle est mieux quand il y a du train. Elle ne sera pas déferrée des postérieurs mais, avec des alus très légers, je ne pense pas que cela soit un problème.

Jean-Michel Bazire : Fairplay d’Urzy (16) aurait joué un premier rôle pour sa semi-rentrée sans une faute dans le tournant final pour son retour dans la capitale. Depuis, il est resté à Grosbois et affiche un très bon niveau de forme. L’engagement est parfait. Il me paraît très compétitif.

Source : Geny courses