Avis des entraîneurs pour le Quinté du mercredi 2 mars 2022

Les interviews des entraîneurs pour le Prix de Sedan à Vincennes

Jean-Marie Monclin : Fawley Buissonay (1) s’est retrouvé trop tôt nez au vent le 13 février. C’était mission impossible dès lors. Il paraît avoir bien encaissé ses efforts. Il découvre un bel engagement aux gains et une distance qui lui correspond bien. Il a déjà brillé sur le parcours. Il va avoir besoin d’une course limpide. Le tirage au sort en dedans est plutôt à notre avantage. Il peut terminer sur le podium.

Julien Raffestin : Forever Speed (2) a été éloigné de la compétition quelques mois après sa victoire de Marseille. Il a surtout besoin de retrouver le bon rythme. Il n’a pas de très bons engagements au monté dans l’immédiat. Aussi, je le mets au sulky, déferré des antérieurs avec ses oeillères comme sous la selle pour l’avancer en condition. Il va ensuite aller à Laval au monté. Ici, ses chances sont très limitées.

Julie Triomphe : Bleven (3) court cette course-là parce qu’il avait très bien couru en fin d’année 2021 sur cette distance, qu’il apprécie. Il ne lui reste plus qu’un mois de carrière et on court ce qui se présente. Malheureusement, on doit affronter les sept ans, cela complique la chose, mais le cheval est très bien. On compte sur un parcours favorable pour jouer la quatrième ou cinquième place.

André Le Courtois : Foxtrot Nobless (4) est resté bien. Le numéro derrière l’autostart est bon, lui qui avait la dernière fois le numéro neuf. Tous les feux sont au vert. Normalement, il doit terminer parmi les quatre premiers.

Stéphane Meunier : Evita Madrik (5) a retrouvé son meilleur niveau et a prouvé lors de sa victoire du 9 février qu’elle était très compétitive pour le succès à ce niveau. Elle s’élance en première ligne cette fois, un avantage. Elle est restée parfaite à l’entraînement depuis sa victoire. Le délai de trois semaines est parfait. Elle est à même de confirmer et disputer activement le podium.

Jean-Paul Gauvin : Eden Julry (6) a un beau répertoire en ce moment et affiche une forme optimale. Il ne peut rêver meilleur engagement au plafond des gains sans les 6 ans. Il possède beaucoup de vitesse. Il est très vite sur jambes et puissant. Le bémol, c’est la grande piste. Lors de son unique venu, il était moins « gérable » et avait fait trop d’efforts. Ce n’est plus le même cheval. Je viens avec des ambitions.

Santo Mollo : Ugolinast (7) est restée pendant mois sans courir en raison d’un problème à une jambe. Désormais tout est rentrée dans l’ordre. Elle vient d’effectuer sa rentrée à Turin en vue de ce Quinté+, qui constitue un objectif. Son retour m’a plu. Je pense qu’elle est à 100% pour cette belle course aux gains. J’aurais préféré un meilleur numéro mais je la vois dans les cinq premiers.

Jean-Michel Bazire : Farrell Seven (8) n’a été devancé que de peu il y a dix jours pour la victoire. Il courait encore de première. Il a réalisé un meeting irréprochable. Revenir sur un parcours de vitesse ne lui posera pas de problème. Il me paraît être resté compétitif sur ce qu’il montre le matin. Il devrait jouer les premières places.

Julien Le Mer : Fille du Chêne (9) a hérité du numéro 9. Il va falloir se ranger dans un dos assez rapidement. Cela va se jouer dans les six cents premiers mètres. Elle est bien rentrée de Cagnes. À l’entraînement, elle est égale à elle-même, sans trop être démonstrative. On va viser une place.

Mike Lenders : Voyage d’Amour (10) revient en forme. Il va falloir qu’elle ait un peu de chance pendant le parcours, elle qui va s’élancer en deuxième ligne. Mais elle est bien. Je pense qu’elle peut prétendre à l’une des cinq premières places. Elle a déjà bien fait sur la distance de 2 100 mètres, mais elle se plait également sur plus long.

Matthieu Abrivard : Face Time (11) s’élance en seconde ligne mais cela ne sera pas trop handicapant. Il est capable d’aller de l’avant comme de venir sur les autres. On est jamais en difficulté avec lui. Il me paraît capable de monter de catégorie. J’y compte.

Ronny Kuiper : Digital Class (13) paraît avoir bien récupéré. Je profite de la présence de Björn pour lui associer à nouveau. Il la connaît bien. Elle a besoin d’un peu de temps dans les premiers mètres pour se cadencer. On va courir battu et on verra bien.

Eric Hansen Bondo : Zadig del Ronco (14) était un peu nerveux lors de sa première sortie en France. Je n’ai pas pu trop le juger. À l’entraînement, il paraît bien. Il devrait courir en amélioration cette fois. On est en seconde ligne et il faudra de la réussite d’autant que l’opposition est présente. On va essayer de prendre un petit chèque. J’ai besoin de le juger. Il reste faire le printemps en France ensuite.

Source : Geny courses