Comment gagner au quinté et aux courses pmu de trot ?

Avant toute chose, pour gagner aux courses hippiques et faire du bénéfice, il faut toujours garder à l’esprit que c’est le cheval qui court et non le driver ou le jockey… Parier aveuglément sur les meilleurs pilotes vous conduira inéluctablement à votre perte. En effet, tous les drivers connus comme jean-Michel Bazire ou Franck Nivard s’installent souvent au sulky des chevaux les plus joués et sont donc régulièrement favoris de la course qu’il drive. En pariant de cette manière, vous briserez souvent votre écart en jeu simple gagnant. Toutefois, vos gains ne couvriront jamais vos pertes sur le long terme, sauf gestion financière rigoureuse de vos mises. Cette vision de rendement financier, ce n’est pas la façon de voir les choses sur Fréquence turf. Le plus simple étant de faire correctement le papier et de jouer des outsiders ou des tocards qui s’élancent à une cote intéressante. Pour cela, il faut bien garder à l’esprit que la cote est un espoir de gains et non un indicateur des chances du cheval. Le PMU est un jeu mutuel où l’argent des perdants atterrit dans la poche des gagnants. heureusement, les turfistes se trompent parfois en jouant aveuglément les pronostics des journaux hippiques. Dernière chose à savoir, il n’y a pas de méthode turf secrète ni de logiciel miracle pour dénicher le cheval gagnant et faire du bénéfice au pmu. Le pronostiqueur qui le prétend est un imposteur. La réussite au turf dépend du temps que l’on peut y consacrer et de la faculté que l’on possède à comprendre les échecs du cheval sur lequel on a parié. Cela implique de consulter régulièrement les résultats pmu des chevaux et des drivers ainsi que les arrivées du quinté du jour.

Les courses pmu de trot, tout un art…

Si vous êtes un turfiste débutant, voilà une vidéo qui devrait vous en apprendre plus sur les courses de trot…

Quelques liens pour faire correctement le papier

  • Geny courses : C’est le site qui réunit le maximum d’informations pour bien faire le papier avant de jouer et on y trouve des pronostics hippiques gratuits de bonne qualité. Difficile de trouver sur le net, un meilleur outil pour étudier les courses de façon sérieuse. C’est celui qui est utilisé sur Fréquence Turf pour établir le pronostic tiercé et dénicher le cheval du jour.
  • Le trot : c’est le site officiel des courses de trot en France. Il permet dorénavant de regarder gratuitement toutes les vidéos des courses de trotteurs qui se sont déroulées sur les hippodromes français. Un outil essentiel pour n’importe quel pronostiqueur ou turfiste. Il s’avère très pratique quand on veut se faire une idée de la valeur d’un cheval et sur sa façon de courir.
  • Parci.free : c’est un site ou l’on trouve une mine d’informations sur les hippodromes, les temps de qualifications des chevaux, les origines, les futurs engagements, les résultats des courses de trot, les pourcentages de réussite des drivers et des entraîneurs.

Quelques astuces pour gagner aux courses de trot

  • Pour réussir vos paris sur les courses pmu de trot, il faut étudier les lignes entre les chevaux. Cela signifie qu’il faut croiser les performances de chaque cheval avec celles d’un autre. On peut ainsi retrouver des adversaires communs et c’est souvent très instructif pour établir la valeur d’un concurrent par rapport à un adversaire. Si lorsque vous analysez la course, vous vous apercevez que votre cheval a lutté avec un concurrent qui est monté de catégorie par la suite, c’est qu’il a en théorie lui aussi de l’argent à prendre. On dit qu’il est en retard de gains. Cela vaut souvent pour les chevaux qui ont connu une longue absence en raison de problèmes de santé ou par la volonté de l’entraîneur.
  • Pour gagner dans les courses de trot attelé avec peu de partants, il faut souvent privilégier les chevaux capables d’aller de l’avant car on assiste souvent à des courses bloquées se jouant sur un sprint dans la dernière ligne droite. Comme il n’y a pas eu de rythme durant la course, tous les concurrents ont gardé des ressources pour finir et, en règle générale, les chevaux en tête du peloton sont avantagés dans ce cas-là.
  • Les chevaux les plus riches au trot rendent souvent 25 mètres. Cela veut dire qu’ils dépassent le seuil des gains du premier poteau de départ. Le cheval s’élançant avec ce handicap va devoir trotter 8 dixièmes plus vite au kilomètre que son adversaire partant au premier échelon. Par exemple, si un cheval du premier poteau est capable de trotter dans la réduction kilométrique d’1’15 alors celui qui lui rend 25 mètres devra trotter moins de 1’14″2 pour le battre. Pour celui qui rend 50 mètres, il faut multiplier par deux, il devra donc trotter moins de 1’13’4 au kilomètre pour être le cheval gagnant de sa course.
  • Dans la mesure du possible, essayez de regarder les courses hippiques en direct soit sur votre ordinateur ou à la télé. Durant les 6 minutes qui précèdent le départ de la course, vous pourrez ainsi assister aux canters d’échauffement. C’est un moment très important dans une course de trot car cela permet de voir la souplesse et les allures du cheval sur lequel vous avez misé. L’observation est une qualité essentielle pour bien jouer et gagner au turf.
  • Dans les courses au trot attelé avec un départ donné derrière l’autostart, essayez de jouer les numéros de 2 à 6 car ils représentent les meilleurs places. Cependant, si votre cheval déboule bien, n’hésitez pas à le jouer s’il s’élance avec un numéro plus près de la corde (1 ou 2 par exemple…). S’il est capable d’aller de l’avant et que le chrono lui donne un peu de marge, un numéro à l’extérieur ne sera pas forcément un désavantage non plus. Il faut donc bien connaitre la façon de courir du cheval et regarder ses performances antérieures.
  • Les chronos des chevaux trotteurs sont souvent révélateurs mais il faut accorder plus d’importance à ceux obtenus en allant de l’avant car un cheval caché dans le peloton fait moins d’efforts durant la course que celui qui est devant et fait le train. En gros, si votre trotteur possède un super chrono mais qu’il l’a obtenu dans un très bon lot où il a terminé à trente mètres de la tête après un parcours caché, cette performance ne veut rien dire du tout.
  • Pour obtenir un meilleur pronostic dans une course course de trot, ne tenez seulement compte des chevaux que votre cheval a battus. On appelle cela des lignes gagnantes. Si votre cheval termine deuxième 10 mètres d’un champion mais qu’il est cravaché pour garder sa place, cela n’est pas très parlant.
  • Un cheval tourne souvent mieux d’un coté que d’un autre. c’est un paramètre important lors de l’étude de ses performances et il faut bien connaitre les parcours des hippodromes avant de faire le papier. Vous pouvez consulter l’index des hippodromes pour connaitre les spécificités de chaque parcours.
  • Les lignes provenant de courses de province sont parfois trompeuses pour l’hippodrome de Vincennes car le rythme des courses y est beaucoup plus sélectif et les chevaux peuvent être surpris… La montée de la grande piste peut aussi ne pas leur convenir. Il vaut donc privilégier les trotteurs ayant prouvé leur aptitude au parcours.

comment gagner aux courses hippiques ?

  • Un cheval de base pour les jeux en champ réduits (tierce, couplé ou trio) doit avoir afficher une forme correcte lors de ses dernières courses. Cela vaut aussi pour le jeu simple gagnant.
  • Attention lorsque l’on élimine un cheval qui vient de gagner car il est en forme et peut encore afficher des progrès lors de sa course suivante. On dit qu’il est sur la montante.
  • Les vieux trotteurs ont souvent perdu une partie de la valeur affichée durant leur jeunesse. En vieillissant, on dit que souvent que la forme prime la classe.
  • Les chevaux en retard de gains sont ceux qui n’ont pas eu le temps de gagner l’argent qui correspond à leur valeur suite a des ennuis de santé ou un arrêt volontaire de l’entourage afin de le déclasser. Ils affrontent donc des concurrents souvent moins doués qu’eux. On peut les reconnaître facilement car ils ont moins de courses au compteur et gagnent généralement très facilement…. Il faut aussi regarder leurs performances passés, les lignes et les chronos qu’ils affichaient.
  • Attention aux notes trompeuses d’après courses, les impressions visuelles doivent être pondérées par le chrono. Dans une course sans train, tous les chevaux finissent à la même vitesse. Par contre, lorsque le rythme de la course s’accélère les concurrents limités y laissent souvent quelques ressources.
  • Attention aux chevaux qui doivent courir à tout prix cachés dans le peloton. Il ne faut les prendre en base que s’ils sont en retard de gains et que le chrono leur donne un peu de marge pour gagner.
  • Certains drivers de province, lors des courses pmu disputées en région parisienne (Hippodrome de Vincennes et d’Enghien) sont beaucoup moins à l’aise. Souvent, ils ne parviennent pas à se faire respecter dans le peloton. Quelle que soit la valeur de leur cheval, il faut rarement les prendre en base sur vos tickets de jeu. C’est encore plus vrai si la course se déroule sur la petite piste de Vincennes où les courses sont toujours très tactiques.
  • Attention aux chevaux déferrés, surtout à ceux qui le sont des quatre pieds et surtout s’ils n’étaient pas déferrés lors de leurs précédentes sorties. Cela signifie que l’entraîneur a visé la course et qu’il veut mettre toutes les chances de son côté. A contrario, s’il n’émet pas l’intention de déferrer alors que le cheval se présentait sans ses fers auparavant, c’est que cette épreuve n’est sûrement pas un objectif. Il courra donc gentiment sans doute en vue d’engagements futurs où il fera appel à un pilote pour driver son cheval. A Vincennes, lorsque la piste est détrempée, les chevaux déferrés ont encore une meilleure réussite.
  • Le jeu simple gagnant ou placé est la meilleure façon de faire du bénéfice. C’est le jeu le moins taxé par l’état et la part reversé au turfiste est la plus importante. Et puis, il est plus facile de trouver un cheval gagnant que de trouver les cinq premiers dans l’ordre d’une course support du tiercé quarté quinté plus. 
  • Les courses de jeunes chevaux sont parfois plus faciles à toucher car les écarts de valeur sont beaucoup plus importants entre les différents concurrents qui se présentent sous les ordre du starter… Le papier y est ainsi plus limpide et donc plus facile à faire (On peut donc trouver en début de carrière des chevaux de critérium ou de Groupe affrontant des futurs vedettes des courses pmu à réclamer ou de petites province). Dans ces courses, il faut souvent privilégier les chevaux au petit modèle qui sont plutôt précoces en général. Attention également aux artifices qu’on leur pose car un cheval avec beaucoup d’artifices a souvent du mal à trotter naturellement et il risque de se mettre au galop à n’importe quel moment de la course. Toujours dans la catégorie des jeunes trotteurs, si vous constatez qu’un cheval effectue sa rentrée, ne soyez pas effrayé à l’idée de parier sur ses chances. Les poulains et les pouliches sont des animaux qui se préparent, en général, assez vite et il arrive souvent qu’ils fassent une bonne valeur dès leur retour à la compétition.
  • Dans les courses européennes, faites très attention aux chevaux nordiques (surtout les suédois) qui viennent courir en France. Les allocations de courses dans leur pays sont bien moins élevées qu’en France et ils débutent souvent dans une catégorie qui ne correspond pas à leur réelle valeur.

Et maintenant un petite vidéo…

Vidéo d’un turfiste qui gagne sa vie en jouant au pmu